RSS

Le Web 3.0 : état des lieux et perspectives d’avenir

30 Avr

De grands bouleversements actuels et accélérés autour de certaines technologies et services de l’information et de la communication sont en train d’émerger. Comment en est-t-on arrivé là ? Pourquoi l’Internet de demain va-t-il jouer un rôle fondamental pour les entreprises, les services et les particuliers ? Un véritable défi est lancé aux professionnels de l’information. (Poupeau, 2009)

Un petit rappel sur l’histoire et l’évolution du Web en termes de développement s’impose avant de comprendre les enjeux du Web à venir.

 

 

1 – Le Web d’hier à aujourd’hui

Même s’il existe des sources permettant de dater les périodes des différentes versions du Web, elles apparaissent parfois contradictoires et il serait certainement plus juste de parler d’ère du Web en considérant les périodes comme des espaces de temps.

1.1 – L’ère du Web 1.0

Le Web 1.0 s’est construit autour d’une forme pyramidale. Les webmasters (au sommet de la pyramide) rédigent et envoient des informations vers les internautes sans que ces derniers puissent réellement répondre, hormis dans les forums ou encore par mails. Dans le Web 1.0, l’internaute est passif. La production et l’hébergement de contenus se font essentiellement par les entreprises (Champeau, 2007 — Gai, 2007). Les pages sont statiques, quelquefois sans réactualisation des informations communiquées. (Liotard, 2008)

1.2 – L’ère du Web 2.0

Dans le Web 2.0 (Guillaud, 2008), les usagers entrent dans un mode actif : au fur et à mesure de leur navigation, les utilisateurs ajoutent du contenu au travers de liens hypertextes et autres tags, annotations ou commentaires. Le contenu est généré par les utilisateurs grâce à l’émergence des blogs, des wikis, des journaux citoyens. Wikipédia (le plus grand wiki du Web), DailymotionYoutubeFlickr,Delicious, etc., et tous les nouveaux médias sont de véritables espaces de discussions, d’expression, d’échanges et de débats. L’utilisateur devient alors source d’informations et de créations, le concept d’intelligence collective émerge.

La production de contenu se fait par les internautes et l’hébergement par les entreprises (Champeau, 2007 — Gai, 2007). Les données sont partagées, l’internaute est acteur et fournit ses propres contenus au travers des réseaux sociaux (comme FacebookMySpace), des blogs, du contenu partagé. S’il le souhaite, grâce au phénomène de syndication (flux RSS), l’internaute peut se tenir au courant en temps réel des dernières parutions sur les thèmes qui l’intéressent.

2 – Le Web 3.0, concepts et technologies

Le logiciel se libère des ordinateurs personnels. De nombreuses applications sont désormais directement accessibles « en ligne ». Au delà de cet aspect, notre environnement Internet se transforme peu à peu en un véritable écosystème informationnel. Dans l’avenir, nous serons totalement « immergés » dans l’Internet (Liotard, 2008).

2.1 – Les concepts

Le terme Web 3.0 est apparu pour la 1ère fois en 2006 dans un article du blog de Jeffrey Zeldman (Zeldman, 2006), puis avec Tim Berners Lee. Actuellement, trois mondes Internet sont en train de fusionner :

  • l’Internet classique (surfer sur son ordinateur via une connexion filaire ou Wifi) ;
  • l’Internet mobile (sur son téléphone portable, son PDA) (Dupin, 2009) ;
  • l’Internet des objets (Roynette, 2009) : extension de l’Internet dans le monde réel grâce à un système d’étiquettes (Bastide, 2008) associant des URLs aux lieux ou aux objets lisibles par des dispositifs mobiles sans fils ou des puces RFID (Manach, 2009).

2.1.1 Le Web sémantique

Tous les sites sont liés d’une façon ou d’une autre. Ainsi, l’internaute est « fiché » (Dedods, 2006), notamment au travers de sa navigation et de ses différents profils sur les réseaux sociaux ; le marketing roi en somme… De plus, les sites sont envahis de publicités contextuelles en rapport avec le document consulté.

Une série de nouveaux services apparaît (tels Second LifeTwitterExalead, …) Aujourd’hui, la plupart des moteurs de recherches sont des systèmes linéaires : on tape une recherche et, grâce au Page Rank, un listing de pages Internet nous est proposé. Avec le Web sémantique (Cliche, 2007), qui se met en place grâce à l’impulsion du W3C (World Wide Web Consortium) (Gandon, 2008), se dessine un Web intuitif, une « constellation » d’informations, compatible avec tous les systèmes d’exploitation et tous les objets reliés. Il tient compte de nos visites précédentes sur les sites, de notre navigation, de notre profil ; il nous propose des recherches associées à celles que nous faisons, des retours plus adaptés et plus intelligents aux requêtes… Avec le Web sémantique la demande appelle un résultat cohérent, méticuleusement assemblé. Le système travaille pour nous : il classe tous les commentaires et trouve, par déduction, une correspondance adéquate.

Des technologies sont mises en place pour permettre de comprendre l’information et d’adapter les réponses fournies dans un contexte plus riche et plus finement proposé. Une meilleure connaissance de l’utilisateur permettra d’obtenir des réponses plus ajustées à son profil, voire proposera d’autres résultats potentiellement acceptables par l’usager.

2.1.2 – Le cloud computing

Dans l’avenir, l’Internet sera présent partout ; c’est ce qu’on appelle dès à présent le nuage ou « cloud computing » (De Rosnay, 2009). Les grandes entreprises productrices de logiciels et de matériels ont bien compris que les services allaient prendre une part de plus en plus importante dans le monde de l’Internet. Elles commencent donc à proposer des solutions disponibles sur le «nuage» (CBS, 2009). Le marketing dans le Web 3.0 pourrait tenir une place essentielle. Globalement, au regard des gains financiers très importants générés par les deux premières « dynasties » du Web, il semble évident que la manne pécuniaire affluera pour qui sera le premier à se placer sur le Web 3.0. Ce nuage, avec les problèmes d’accès à la vie privée et la notion de protections des données, va se développer de façon accrue avec l’accroissement du phénomène des réseaux sociaux (FacebookMySpace, …) et les environnements cliquables également appelé systèmes de réalité augmentée.

2.1.3 –  Le Web des objets

Le Web sera accessible sur les objets de tous les jours : ordinateur, téléphone portable, radio-réveil, télévision, réfrigérateur, capteurs de circulation placés le long des autoroutes, etc. (Grallet, 2008). L’ordinateur tiendra dans une poche. Le téléphone mobile deviendra alors, par exemple, un objet tout en un : souris, téléphone, télécommande et scanner pour pouvoir entrer et interagir dans ces environnements cliquables (De Rosnay, 2009). Mais il est possible également que le Web 3.0 aille à l’encontre de ce qui se développe aujourd’hui, à savoir l’utilisation accrue des logiciels libres et open source, et le « dépôt externalisé » des données sur les divers sites des réseaux sociaux.

L’ordinateur serait ainsi une simple interface d’accès à l’Internet et le Web 3.0 davantage centré sur l’utilisateur. Et en contrepartie, celui-ci hébergerait sans doute lui-même ses fichiers. L’usager ne serait plus contraint par l’espace alloué mais par les capacités de sa propre machine (Champeau, 2007) (Gai, 2007). Le Web 3.0 consisterait alors, à l’instar du Peer-to-Peer, en un réseau Internet fondé avant tout sur les capacités de stockage des internautes. Sauf qu’il ne s’agirait pas ici d’échange de contenus déjà existants, mais de création même de propres contenus. Un compromis, en quelque sorte, entre le Peer-to-Peer et le Web 2.0. Mais si les hébergeurs Web 2.0, afin d’éviter toute dérive, ont souvent essayé d’avoir un minimum de contrôle et de censure sur les contenus proposés par les internautes, qu’en serait-t-il si cette vision du Web 3.0 était amenée à se concrétiser ?

2.1.4 – Le Web 3D

La notion de Web3D peut se définir comme étant « la diffusion de contenus 3D temps réel sur le réseau internet pour un affichage sur des postes clients » (Vandangeon, 2004). La véritable nouveauté réside dans la notion de temps réel et dans la généralisation des technologies le permettant, le concept même de 3D pour le Web (3D online) est quant à lui plus ancien.

En effet, les premières discussions sérieuses autour du sujet remontent à  1994, avec l’apparition de son langage historique : le VRLM (Virtual Reality Markup Language). Mais à l’époque, la bande passante et les performances des terminaux ne permettent pas le portage de la 3D vers les navigateurs Web grand public.

La notion de temps réel, en opposition à la notion de 3D précalculée soumise à des contraintes importantes de temps de calcul préalable, permet donc aujourd’hui plus d’interactivité à travers des demandes de changements effectuées par des internautes habitués aux environnements riches issus du Web 2.0. C’est ainsi que certains auteurs vont même à résumer le Web 3.0 comme étant la somme du Web 2.0 et du Web 3D (Peres, 2008) permettant « une dimension émotionnelle forte qui rapproche et fédère » via « le langage naturel par excellence », la 3D portée sur le Web.

Même si aujourd’hui il est toujours nécessaire d’installer des extensions afin de visualiser des environnements 3D depuis les navigateurs, de nombreuses applications voient le jour dans les domaines du e-Commerce, du e-Tourisme, dans le cadre de démonstration et de visites virtuelles avec des mariages évidents via la géolocalisation 3D, les réseaux sociaux, les annuaires téléphoniques…

De plus, il est bon de noter qu’avec l’Internet des Objets, le Web se propage et le portage de la 3D hérite de fait de cette généralisation. Ainsi, les téléphones mobiles sont aujourd’hui capables d’exploiter des environnements 3D permettant une expérience utilisateur pouvant se décliner à travers la notion sous-jacente de réalité augmentée.

Même si nous présentons l’avancement du Web3D, il est utile de préciser qu’il existe encore de nombreuses applications 3D portées sur le Web en mode précalculé, qu’elle nécessite nécessitant parfois l’installation de clients lourds (logiciels), avec des déclinaisons d’application pouvant aller d’un simple ajout d’agent conversationnel sur un site à la mise en place d’un véritable univers virtuel constituant un réseau social d’intérêt pour une entreprise…

Le Web 3D rend donc l’Internet attractif et proche du monde réel. Parmi les applications existantes, la présentation d’objets sur les sites de e-commerce, la création de jeux et d’applications, la gestion d’avatars, les visites et les mondes virtuels (Deru, Bergweiler, 2008).

En allumant votre ordinateur, sous LinuxWindowsMac ou tout système d’exploitation, vous accéderez à un bureau virtuel en 3D à partir duquel vous pourrez lancer différentes applications et entrer dans des environnements Web en 3D temps réel.

D’après l’idée exposée par Sylvain HUET et Philippe ULRICH (Perès, 2007) : « La 3D temps réel n’est pas seulement réservée au domaine du jeu, comme on pourrait le penser au premier abord. Elle permet aussi de développer de nouveaux environnements de travail collaboratif (réunion à distance en web conférence, formation en classe virtuelle), de e-commerce (boutiques et galeries commerciales virtuelles) ou de réseaux sociaux d’expression et de partage (espaces personnels 3D), … des applications tant professionnelles que grand public qui reposent sur la 3D et la collaboration en temps réel.
La seule différence, c’est que l’image qu’on « habite » n’a pas de matérialité, ou plutôt sa matérialité est changeante. Réel ou virtuel, là n’est plus la question. Ce que vous communiquez dans cette image est bien réel : ce que vous faites aux autres, ce que vous dites aux autres est aussi réel que si vous utilisiez un support matériel. On parle souvent de « l’âme d’une maison », en évoquant en fait les traces que les habitants et les visiteurs y laissent. Il en est de même pour l’image qu’on habite : elle est marquée par la vie qui s’y organise.
« 

On l’aura compris, ces environnements Web 3D sont donc de vrais lieux de vie, riches et conviviaux.

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 30, 2012 dans Information

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :